1445 words5.6 min read

L’hyperstimulation

AUTEUR
La première grande étape de mon aventure intérieure a été de découvrir que j'étais hypersensible. Cela m'a permis de me reconnecter à mon corps et à mes émotions. Ensuite, mon intuition m'a guidée vers la compréhension des mécanismes de l'ego pour que je me relie petit à petit à mon âme et que je décide totalement de me dédier à éveiller cette autre conscience.
NEWSLETTER

Reçois les nouveaux articles et les évènements à venir

Être hypersensible c’est avoir une perception du monde non filtrée et c’est pour cela que nous nous sentons rapidement épuisés ou bousculés par des évènements qui peuvent sembler anodins à la plupart des gens. Notre système nerveux est facilement stimulé c’est-à-dire qu’il va réagir plus fortement à tout ce qui peut l’éveiller et attirer son attention.

L’hyperstimulation c’est donc quand notre système nerveux est en alerte. Pour une personne hypersensible ou pas, être en hyperstimulation n’est pas propice au bien-être.

Quand le système nerveux est « normalement » activé, la personne est dans son plein potentiel. Elle peut interagir avec l’extérieur en toute aisance et elle se sent bien.

Une personne qui est dans une activation insuffisante, va, quant à elle, être amorphe et inefficace. Elle va s’ennuyer.

Quand le système nerveux est hyperactivé, la personne peut devenir maladroite, avoir du mal à réfléchir et à avoir une discussion claire et cohérente. Son corps peut manquer de coordination et elle peut perdre les pédales. Elle s’agace facilement et elle a du mal à gérer ses émotions. Tous ces stimulis viennent parasiter son bon fonctionnement.

Qu’est-ce qui déclenche l’hyperstimulation ?

L’hyperstimulation peut être déclenchée dans différentes circonstances qui peuvent parfois être subtiles.

Les déclencheurs peuvent être externes. Il peut s’agir d’un bruit, d’une odeur, d’un vêtement trop serré, d’une étiquette, d’une lumière trop forte, d’une pollution visuelle, d’une foule…

Nous, les personnes hypersensibles, oublions trop souvent que les circonstances peuvent également être internes. Nous pouvons être perturbés par la sensation de faim ou de soif, par une douleur physique, une tension musculaire et même par le désir sexuel. Cela peut aussi venir d’une pensée, d’une rumination, d’un fantasme ou d’un projet que nous voulons mettre en place et qui peut générer de l’impatience et de l’insécurité.

Le contexte aussi peut jouer. Par exemple, une conversation ou le comportement, l’attitude d’une personne autour de nous peuvent nous rappeler un souvenir ou une sensation qui a provoqué une forte émotion chez nous à un moment donné de notre vie.

Il y a aussi des déclencheurs plus « subtils » comme l’énergie d’un lieu ou d’une personne ou encore les émotions qu’elle ressent. Se rendre compte de la façon dont cela nous impacte n’est pas toujours évident et il est difficile d’en parler autour de soi.

Pour une personne hypersensible, ce qui est peu ou moyennement stimulant chez la majorité des gens risque d’être extrêmement stimulant pour elle et peut la faire réagir de façon brutale. Cela entraîne bien souvent de l’incompréhension voire même de la critique et du jugement de la part de son entourage.

La stimulation peut être très différente d’une personne à une autre. Notre réaction aux déclencheurs dépend de notre niveau d’énergie, de notre état de fatigue mais aussi de notre histoire et des souvenirs, des sensations qu’une circonstance peut réveiller. C’est pour cela que nous pouvons réagir très fortement, même à un petit stimuli, c’est la goutte d’eau qui fera déborder le vase. De même, la stimulation va varier selon l’intensité (un bruit soudain et très fort qui va nous faire sursauter), selon la durée (le bruit d’un marteau piqueur toute la journée) et selon la complexité (suivre une conversation dans une salle de restaurant pleine et bruyante).

L’hyperstimulation engendre du stress et une tendance à se méfier et à s’isoler pour se protéger. Nous pouvons ressentir un fort besoin d’être seul et au calme pour nous ressourcer.

Apprenez à vous connaître, à savoir ce qui déclenche ou pas cette hyperstimulation. Il n’y a que vous qui pouvez savoir ce que vous vivez intérieurement, c’est pour cela qu’il est vital d’apprendre à s’écouter et à prendre soin de soi. Cette prise de conscience est la première étape pour apaiser votre hyperstimulation et pour pouvoir mettre en place différentes techniques simples au quotidien pour votre bien-être.

Quelques techniques pour diminuer votre hyperstimulation :

  • Mettez-vous en pause. Prendre l’habitude de faire une pause vous permet d’adopter plus facilement une attitude d’observateur. Cela va vous aider à identifier plus rapidement les déclencheurs, à pouvoir agir pour votre bien-être et à prendre les bonnes décisions. Prenez l’habitude, plusieurs fois par jour, de vous scanner. Demandez-vous « Comment je me sens dans mon corps ? », « Comment je me sens émotionnellement ? », « Est-ce que je me sens bien? », « Est-ce que cela contribue à mon bien-être? ».
  • Prenez soin de votre hyperesthésie, c’est-à-dire l’hyperstimulation de vos sens. Vous pouvez diminuer l’hyperstimulation de vos sens et en adoptant des réflexes simples : portez des bouchons d’oreilles ou un casque audio dans les environnements bruyants, coupez les étiquettes de vos vêtements, choisissez des vêtements confortables et d’une matière agréable à porter, portez des lunettes de soleil quand la luminosité est trop forte, utilisez une lessive à l’odeur neutre, évitez les lieux enfumés, évitez les boissons ou plats trop chauds ou trop froids…Il y a encore plein d’autres astuces simples et pratiques pour prendre soin de vos sens ; à vous de chercher et d’expérimenter ce qui vous convient le mieux.
  • Pratiquez la pleine conscience. La pleine conscience c’est l’attention juste, elle consiste à ramener son attention sur l’instant présent. Plus vous allez pratiquer la pleine conscience dans votre quotidien, parce qu’elle ne se pratique pas uniquement dans la méditation mais aussi quand on marche, quand on mange, quand on travaille… , plus vous allez pouvoir observer vos pensées et vos émotions. Cela vous permet de ne plus subir et d’avoir la sensation d’être balloté par les expériences.

Par exemple, vous pouvez pratiquer ce petit exercice de pleine conscience avec les odeurs.

Que m’inspire cette odeur ? Vous pouvez pratiquer cet exercice à tout moment.

Comment ? Quand vous sentez une odeur, prenez le temps de la sentir vraiment et observez vos pensées, vos souvenirs qui remontent, vos émotions. Qu’est-ce qu’elle vous inspire ? Comment réagit votre corps ? Quelles émotions, quels sentiments cette odeur déclenche-t-elle en vous ? De la nostalgie ? De la tristesse ? De la joie ? Associez-vous cette odeur à des images, des couleurs, des souvenirs ?

Veillez à accueillir ce qui se passe sans jugement : par exemple, si vous sentez l’odeur d’un plat, observez simplement comment vous pouvez réagir à cet instant précis et permettez à cette odeur de déclencher quelque chose de nouveau.

  • Anticipez. Anticiper certaines situations que vous savez difficiles pour vous, vous permet de les vivre avec plus de confort et de limiter les situations d’hyperstimulations. Par exemple, quand vous sortez, prévoyez une bouteille d’eau et un fruit ou des amandes, cela vous évitera d’avoir à gérer en urgence votre sensation de faim ou de soif.
  • Apprenez à dire non. Oser dire non, s’affirmer et poser de saines limites permettent de pouvoir mieux se respecter et d’éviter de supporter quelque chose qui, en réalité, use vos forces. Ne succombez pas à la justification. Vous avez le droit de faire des choix qui vous font du bien.

Comment puis-je mettre tout cela en place ?

Ces changements peuvent vous sembler difficiles à mettre en place car il y a beaucoup de nouveaux réflexes à acquérir ? Imaginez un marathonien à ses débuts. Pensez-vous qu’il s’est tout de suite mis à courir 42 kms ? Bien sûr que non. Il s’est entraîné ! Il a commencé petit et il a avancé pas à pas.

Commencez par appliquer ce qui vous semble le plus facile à mettre en place, par exemple prenez l’habitude d’emporter avec vous une bouteille d’eau, des amandes et des bouchons d’oreille. Focalisez-vous sur ce premier changement pendant plusieurs jours, plusieurs semaines. Puis une fois que vous êtes à l’aise, passez à une autre technique.

La mauvaise nouvelle, c’est que cela ne s’arrête pas. Nous sommes toujours en recherche d’amélioration et de bien-être. Nous progressons toujours vers une meilleure connaissance de nous-mêmes. Mais n’est-ce pas cela la vie, avancer et évoluer 😉.

Si cet article vous a plu, laissez un commentaire ci-dessous !

Et n’oubliez pas de partager l’article ! Merci 🙂

Commentaires

  1. micka 6 janvier 2017 at 16 h 44 min

    cet article arrive à point nommé! synchronicité?
    après un mois de vacances en mode deconnexion , il y a l’appréhension de retourner au boulot et dans mon appartement, lieux d’hyperstimulation.
    Ces conseils me seront fort utiles afin de ne pas perdre rapidement le bénéfice de mon repos.
    merci à toi.

  2. Gaëlle 6 janvier 2017 at 19 h 18 min

    5

  3. GINETTE 7 janvier 2017 at 1 h 02 min

    conseils pertinents! merci!

  4. Opale 7 janvier 2017 at 11 h 19 min

    Cet article décrit parfaitement les personnes hypersensibles. Je m’y reconnais totalement !
    Dans ce monde d’hyperstimulations, les moments de pause nous sont indispensables …
    Apprendre à formuler fermement un NON, apprendre à anticiper les situations stressantes permet déjà de se protéger mais effectivement, cela ne s’arrête pas.

  5. Dominique 7 janvier 2017 at 18 h 08 min

    Quel soulagement de comprendre! Et de pouvoir trouver des solutions… De savoir qu’on est pas seule ni anormale. Merci d’être là et de partager tout ça!

    • Gaëlle 11 janvier 2017 at 15 h 12 min

      Merci pour votre commentaire Dominique :). Nous sommes plus nombreux qu’on ne le pense et oui ça fait du bien !

  6. Juliette 8 janvier 2017 at 0 h 07 min

    Merci, ça donne des idées !

  7. Stellapolare 8 janvier 2017 at 12 h 40 min

    Super ton article étant une hypersensible qui a beaucoup « travaillée' » sur ces méthodes et la connaissance de soi.Les mots que tu utilisent sont tellement justes.
    Et comme tu le dis si bien c’est tous les jours que nous prendre progressons vers une meilleure connaissance de soi et une amélioration de notre bien être.

    Je pense que nous plus encore que toutes autres personnes il est important d’être à l’écoute de nos sens.

    Merci en tous les cas.

    Belle et heureuse année à toi remplie de riches expérience intenses.

    Un petit clin d’œil en musique trois chansons de Shy’m qui parlent de nous .

    Caméléon
    Je suis moi
    Et Alors

    Je pense qu’elle fait partie de notre « famille »

    • Gaëlle 11 janvier 2017 at 15 h 17 min

      Merci pour ton commentaire et pour les partages musicaux… après avoir écouté ses paroles, elle doit surement être de notre « famille » ;).

  8. Anonyme 9 janvier 2017 at 7 h 53 min

    0.5

  9. Géraldine 16 janvier 2017 at 12 h 31 min

    Merci, Gaelle…Encore un conseil de plus a mettre en place…
    Génial, Merci.Très belle journée.Géraldine Cab-Lachnau

  10. […] L’hyperstimulation […]

  11. […] Nous apportons une réponses non-adaptée à notre environnement parce que nous sommes en hyperstimulation, c’est-à-dire que les différents stimuli externes et internes viennent saturer notre capacité […]

  12. DAMOUR 16 septembre 2017 at 22 h 42 min

    je suis aussi un hypersensible!
    Il est vrai que pour un homme tout celà est difficile à vivre!
    J’ai pensé au suicide mais mon oeuvre n’est pas encore achevé.
    Plus le temps passe plus ça empire.
    J’en suis arrivé à couper les ponts avec ma famille car ils ne comprennent rien à rien !!
    Fatigué de subir les critiques …

    Le pire c’est à mes oreilles; je m’explique: je suis persuadé que mes oreilles « siffle » quand quelqu’un parle de moi !!
    Quand on dit du bien de moi je ressens une délicieuse chaleur dans mon oreille mais quand on dit du mal ,je ressens une douleur qui me donnerai l’envie de me mettre une bastos dans le crane pour arreter la douleur !!!!
    Ca vous surprend ? Suis je fou ????
    C’est vraiment très dur à vivre .

    Si quelqu’un est dans le meme cas que moi (avec les oreilles)je serai content de le savoir !!!?

    Bref,je continu de m’accrocher …

    Sinon je ne sais pas si quelqu’un connait cette chanson de Julie Zenatti : l’introverti ;j’ai découvert cette chanson récemment ;j’ai trouvé pas mal…

    Fabrice

  13. Berthome lola 29 mai 2019 at 19 h 28 min

    Je comprend pas pourquoi avant j’étais pas hyper stimulé c’est depuis ma crise d’angoisse que j’ai l’impression d’être sans filtre

    • Gaëlle 31 mai 2019 at 16 h 44 min

      Bonjour Lola, depuis ta crise ton niveau d’hyperstimulation est peut-être au maximum. C’est pour cela qu’il faut que tu prennes soin de toi jour après jour, en calmant tes pensées et en te relaxant grâce à différentes techniques. Avec de la douceur et de la patience, je t’assure que tu vas retrouver un équilibre. 🙂