Tout ce que vous faites doit-il être effectué parfaitement ? Vous empêchez-vous de faire ou de vivre certaines choses, si tout n’est pas parfait ? Vous fixez-vous des objectifs très élevés, voire irréalisables ? Si vous vous reconnaissez dans ces attitudes, peut-être êtes-vous perfectionniste ! Le perfectionnisme est une des particularités des personnes hypersensibles et cela peut nuire au plaisir de vivre quand cela devient trop. Être ambitieux, c’est bien. Mais lorsque notre désir de faire mieux se transforme en volonté acharnée et nous pousse à ne pas respecter nos propres limites, cela devient toxique. Quand on est hypersensible et perfectionniste, comment retrouver du plaisir en devenant … imparfait ?

Qu’est-ce que le perfectionnisme ?

Il est nécessaire de distinguer le bon perfectionnisme de celui qui nous nuit.
Être perfectionniste peut être bénéfique car cela stimule. Vouloir toujours mieux rend notre vie moins morne parce que nous nous fixons de nouveaux objectifs et que nous allons puiser cette énergie puissante qui nous permet de nous dépasser. Mais ce comportement ne doit pas nous faire souffrir.

Le perfectionnisme devient toxique quand nous croyons qu’en étant parfaits,  nous pouvons limiter des sentiments désagréables comme la honte, les jugements et les reproches. Bien sûr ce n’est jamais agréable de le vivre mais cela fait partie des expériences de la vie.
Nous voulons être parfaits pour être acceptés et aimés des autres… mais c’est tout simplement impossible parce qu’on ne peut pas contrôler la façon dont les autres nous perçoivent. En adoptant un tel schéma de croyances, nous nous enfermons dans un processus qui diminue notre estime de nous-mêmes : « C’est de ma faute ! Si on ne me comprend pas, ne m’aime pas, ne m’apprécie pas… c’est parce que je ne suis pas à la hauteur ! » C’est un cercle vicieux destructeur tout simplement parce que la perfection n’existe pas !
Du coup, nous nous mettons trop de pression et nous devenons trop durs envers nous-mêmes. Le plaisir de vivre disparaît de notre quotidien parce que nous sommes en constante insatisfaction. Comme nous voulons être parfaits,  soit nous prenons du retard dans l’accomplissement des choses, soit nous évitons de les faire par peur d’échouer.

Quand on est hypersensible et perfectionniste, comment retrouver du plaisir en devenant … imparfait ?

  • Prendre conscience que cette particularité poussée à son extrême peut nous causer de la souffrance et identifier dans quels domaines de notre vie elle nous pénalise le plus.
  • Repenser notre façon d’atteindre nos objectifs. Être honnête avec soi-même et se fixer des objectifs atteignables et réalisables. Utiliser la méthode SMART pour se fixer un objectif.

  • Cultiver la patience et s’accorder plus de temps. Changer une habitude, progresser dans tel ou tel domaine ou tout simplement réaliser une nouvelle tâche peut prendre du temps et il est nécessaire d’avancer pas à pas. De plus, la vie a un rythme. Nous aimerions aller plus vite ou nous aimerions intégrer plus rapidement une expérience de vie, mais la vie nous rappelle qu’il est bon de s’accorder du temps pour plus de sérénité.
  • S’autoriser à faire des erreurs et accepter qu’il y ait des échecs. A travers chaque expérience nous pouvons tirer un enseignement. Même si nous n’avons pas le sentiment d’avoir réussi ou atteint notre objectif, cela nous permet d’acquérir plus d’assurance et de nous améliorer. L’échec fait partie de la réussite !

Pour surmonter les obstacles, il faut faire de chaque échec un tremplin, savoir en tirer une leçon et avancer plus loin. Anthony Robbins

  • Accepter d’être imparfait et s’accorder des permissions c’est être bienveillant avec soi.  « J’ai le droit d’échouer, j’ai le droit de me tromper ou d’être maladroit, j’accepte d’être en période d’apprentissage… ». En adoptant une telle attitude, nous nous autorisons à avancer avec plus de légèreté.
  • Faire de son mieux et se rendre compte qu’il n’y a pas de conséquences graves quand nous apprenons à être imparfaits. Et même si les choses ne sont pas parfaites, elles ont le mérite d’avoir été réalisées.
  • Être attentif aux différents signaux qui nous montrent que nous ne respectons pas nos limites et que nous sommes repartis dans le perfectionnisme : anxiété, fatigue, tension, frustration, isolement, procrastination, pensées obsessionnelles… Dès que nous prenons conscience que nous reproduisons cette spirale toxique, s’accorder une pause et remettre de la bienveillance dans notre avancée.
  • Célébrer chaque petit pas. Cela permet de se rendre compte des progrès accomplis et d’être doux avec soi-même. Même si notre objectif n’est pas encore atteint nous avançons et ça mérite que nous prenions un temps pour nous féliciter et même nous récompenser. Nous pouvons être fiers de nous !

Le perfectionnisme peut être réellement néfaste pour notre bien-être et notre qualité de vie, alors n’oublions pas que pour être heureux et retrouver du plaisir, il faut apprendre à devenir imparfait. Et surtout n’oubliez pas d’être doux avec vous-même !

Et vous, avez-vous tendance à être perfectionniste ? N’hésitez pas à partager votre expérience et vos compréhensions.

 

Enregistrer

114 Partages
Partagez76
Tweetez
Enregistrer38
Partagez