360 words1.4 min read

La grenouille dans la marmite d’eau

AUTEUR
La première grande étape de mon aventure intérieure a été de découvrir que j'étais hypersensible. Cela m'a permis de me reconnecter à mon corps et à mes émotions. Ensuite, mon intuition m'a guidée vers la compréhension des mécanismes de l'ego pour que je me relie petit à petit à mon âme et que je décide totalement de me dédier à éveiller cette autre conscience.
NEWSLETTER

Reçois les nouveaux articles et les évènements à venir

Imaginez une marmite remplie d’eau froide, dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite. L’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager.

La température commence à grimper. L’eau est chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, mais elle ne s’affole pas pour autant, surtout que la chaleur tend à la fatiguer et à l’engourdir.

L’eau est vraiment chaude, maintenant. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle est aussi affaiblie, alors elle supporte, elle s’efforce de s’adapter et ne fait rien.

La température de l’eau va ainsi continuer de monter progressivement, sans changement brusque, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais s’être extraite de la marmite.  Extrait du livre d’Olivier Clerc. « La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite.. »


Si cette même grenouille était plongée dans une eau déjà bouillante, elle réagirait immédiatement, sans se poser de questions.
Nous sommes dans cette marmite depuis bien longtemps mais l’eau devient de plus en plus chaude.

Cette allégorie de la grenouille nous montre qu’une détérioration lente passe inaperçue et que tant que les signaux ne sont pas puissants, nous ne réagissons pas.
Évidemment chacun a un curseur qui lui est propre. Curseur qui vient de l’écoute de ses émotions, de son corps, de son âme…


Cette détérioration peut s’observer à plusieurs niveaux.

Par rapport à notre santé.
Je vais commencer à prendre soin de moi quand la maladie apparaît. Mais la maladie est le résultat d’une mauvaise alimentation, d’un manque d’exercices, de fausses croyances, d’un déni de qui je suis…

Il en est de même dans nos relations – le couple, les amis, la famille – mais aussi le travail, la société, l’éducation et le rapport à nous-même.


Alors je peux me demander : Vais-je attendre d’être cuite pour retrouver ma souveraineté et prendre conscience de ce qui se joue en moi ?